lundi 31 août 2015

Non, ce n'est pas vous

En passant, si jamais en lisant un de mes billets où je parle de certains amis, vous croyez vous reconnaître, soyez assurés que, non, je ne parle pas de vous.

La plupart des "amis" en question sont plutôt des anciens collègues de travail, de vieux camarades d'étude ou des membres des familles éloignées. Je n'écris rien sur le milieu littéraire ou sur ma famille proche. J'suis baveuse, pas suicidaire! lol!

Les gens évoqués ont tous deux points en commun :
1- Des priorités communes de nos jours, mais vraiment éloignées des miennes
2- Aucun intérêt pour ma vie d'écrivaine
(Si on y pense bien, les deux points sont probablement liés! lol! ;)

Comme les chances qu'ils viennent lire ce blogue sont nulles, quand ils font des trucs qui me forcent à me mordre la langue et à piler sur mes principes pour éviter de heurter des sensibilités, j'attends d'être revenue à la maison et j'étale mon incompréhension (ou mon amusement) le temps d'un billet.

En changeant beaucoup de détails.

Et en laissant passer pas mal de temps avant la parution.

Histoire de préserver les réputations.

Et de transformer le tout en exercice d'écriture.

Cela dit, si vous lisez l'un de ces billets et que vous vous dites "J'aurais fait la même chose que la personne dont elle parle!", c'est pas grave : on peut être amis pareil vous savez! ;) Après tout, j'suis sûre qu'il y a pleins de moments où vous comprenez pas pantoute mon comportement et mes priorités.

On finit toujours par être le bizarroïde de quelqu'un... Surtout quand on est écrivain! ;)

mercredi 26 août 2015

Permettez que je vous agace encore

Une amie de la famille ayant commencé à lire Hanaken III me lance :

Elle - Ah tiens, tu ne tues personne dans les deux premiers chapitres de celui-là.

Hein? Qu'est-ce que c'est que cette histoire? Je tue des gens en ouverture de roman d'habitude? Je repense aux plans des deux premiers tomes de la série. Ah ouais, double seppuku au chapitre 2 du premier tome, combat à mort dans le chapitre 1 du deuxième tome... Me croirez-vous si je vous disais que c'était pas intentionnel?

Moi - En effet.

Elle - En tout cas, c'est le fun que ce tome-là soit moins violent.

Moi - Héhéhé

Elle ne perd rien pour attendre.

Elle - Pourquoi tu ris?

Moi - Héhéhé

Vous non plus! ;)

lundi 24 août 2015

Paraît que y'a des gens qui s'inquiètent

On m'a confié dernièrement que certains de mes lecteurs s'inquièteraient. Semblerait que le contenu de mon blogue est plutôt négatif dernièrement... J'ai relu mes derniers billets et je vois pas, me semble que c'était surtout du contenu informatif...

Mais bon, si vraiment certains se font du soucis, je vous rassure tout de suite : je vais très bien! :)

(Pis dites, si vous vous inquiétez vraiment, écrivez-moi, je réponds encore à mes courriels, même si c'est plus long qu'avant! lol! ;)

Je dors pas beaucoup, je bois trop de café (surtout depuis que j'ai renoué avec le péruvien noir extra corsé), je m'entraîne pas assez et j'ai pas le temps d'écrire, mais c'est pas très différent de mes années d'université! lol! ;)

Ma puce est en excellente santé, elle marche toute seule, elle pratique la multiplication des dents (elle se couche avec six, se relève avec huit), la taxation du fromage (impossible d'en manger un morceau sans qu'elle veuille sa part), la désignation intempestive (elle a découvert comment pointer et passe son temps à désigner des trucs pour qu'on lui dise ce que c'est), le babillage intensif (je cherche encore ce que "Bou ti bou ti bou ti" peut vouloir dire, mais "bébé iane" semble signifier "bébé Éliane", surtout qu'elle le dit en se pointant la bedaine) et l'appel parental (elle sait dire "papa" et "maman" et ne s'en prive pas). Elle est très sociale et continue de saluer de la main toutes les personnes qu'elle voit : les autres clients à l'épicerie, les cyclistes qui passent près de la poussette, mais aussi les personnages des séries télé que j'écoute en pliant son linge! lolol! Elle est une source constante d'émerveillement, de bave (ben quoi, elle fait des dents) et de rires.

Pour ma part, c'est sûr que mon quotidien est plus centré sur ma vie familiale que sur mes activités sociales ou professionnelles, mais au jour le jour, c'est pas un problème. C'est dur seulement lorsque je parle avec des amis et que je me rends compte que j'ai accompli dans ma dernière année moins de trucs que ce qu'ils font en un mois! Heureusement, c'est seulement temporaire. Et je sais que plus on va se rapprocher de février (entrée de la puce en garderie), plus je vais avoir l'impression que le passage du temps s'accélère.  

En attendant, je suis rendue vraiment bonne pour animer deux marionnettes à la fois et les faire parler avec des voix différenciées! Et j'ai maîtrisé l'art d'empiler rapidement des cubes pour que ma puce puisse les faire tomber (riez pas, c'est plus facile à dire qu'à faire quand on porte lesdites marionnettes en guise de mitaine! :p )

En plus, à force de sortir marcher avec la poussette une heure par jour, j'ai jamais été aussi bronzée de ma vie, même si je me tartine religieusement de crème FPS 50. On croirait que je reviens d'un séjour dans le Sud! :) (Enfin, ceux qui me fréquentent depuis longtemps pourraient penser ça... Ceux qui font juste me croiser et ne connaissent pas mon teint naturel pinte-de-lait-écrémée-avec-reflets-bleus trouvent juste que j'ai bonne mine! lol!) J'ai perdu le poids de ma grossesse, mais pas celui qui était là avant. Je blâme la chaleur et la crème glacée! ;)

Ma nouvelle noire écrite durant l'hiver, à la faveur des siestes de la puce, paraîtra à l'automne dans Alibis. Pour l'occasion, je vous amènerai en Corée du Nord (c'est d'actualité en plus), grâce en partie à l'inspiration née des souvenirs de voyage d'un ami (oui, j'ai des amis qui font du tourisme à de drôle de place).

En attendant, "L'enchanteresse portait des Levi's", ma première nouvelle de fantasy urbaine policière (ou fantasy policier urbain?), sera bientôt entre les mains des abonnés de Solaris. J'ai hâte de voir les réactions des lecteurs. Si c'est positif, je vais sans doute m'attaquer à la suite, "Le roi de l'été vivait à Brossard" (avec des titres pareils, ne vous demandez pas si le ton est sérieux! lol!). Je ne pensais jamais mélanger policier et fantasy, mais finalement je m'amuse beaucoup à contrarier volontairement tous les codes du polar et à récupérer mes mythes préférés (qui sont, j'suis chanceuse, peu exploités).

Dans deux semaines, je donne pour la première fois un atelier d'écriture. Puis la saison des salons va reprendre et je serai à celui du Saguenay, puis à Montréal...

Bref, je survis à la maternité! ;) Je reprends progressivement mes activités professionnelles et, entretemps, je m'amuse avec ma puce.

Preuve à l'appui! ;)

La puce, avant la multiplication des dents. Je ne peux pas résister à ce sourire-là!

jeudi 20 août 2015

Dépense imprévue

Une amie me racontait ses dernières vacances, incluant une fin de semaine en amoureux à visiter des vignobles et à se bourrer la face dans un petit hôtel présentant des spécialités du terroir. Le genre de fin de semaine qui coûte cher, mais qui crée des bons souvenirs, quoi!

Quelques minutes plus tard, l'amie s'est mise à se plaindre que son budget pour les prochains mois serait serré, car il venait d'encaisser une dépense imprévue.

Moi - Ah bon, quelle dépense?

Elle - Mon chum a dû payer pour passer ses examens à l'Ordre. 2500$, te rends-tu compte? Ça fait mal pas à peu près.

J'en suis restée un peu bête. Son chum sait depuis des années que s'il veut avoir le titre professionnel relié à son diplôme (et donc le salaire associé), il faudra tôt ou tard qu'il passe (et paie) les examens. Normalement, il aurait dû pratiquer en tant que stagiaire un an ou deux, puis passer les tests. Mais il faisait traîner les choses depuis cinq ans...

C'est moi où une dépense annoncée depuis CINQ ans, j'appelle pas exactement ça un imprévu? Et quand ladite dépense risque fort d'entraîner une augmentation de salaire pour les années à venir, elle a plutôt des allures d'investissements.

Moi - Euh... mais vous le saviez que ça s'en venait, non?

Elle - Ben oui, mais... Tsé, on a déjà tellement pas de lousse, comment on aurait pu mettre tout ça de côté?

Sur le coup, j'ai pas osé répondre (j'ai pas tant d'amies, ce serait triste de perdre celle-là), mais... En remettant à plus tard les visites de vignobles?

lundi 17 août 2015

Mais pourquoi un remake?

Il y a des remakes qu'on comprend.

Bon, on ne les apprécie pas nécessairement, mais on comprend qu'un réalisateur puisse vouloir refaire un film qui a mal vieilli en utilisant des effets spéciaux de pointe, des images plus nettes, peut-être même de meilleurs acteurs (quoique je ne me souvienne pas que ce soit arrivé...).

Cependant, on dirait que les scénarios des remakes écopent toujours. On veut les "dépoussiérer", leur donner "une allure plus moderne" (ce qui est du langage-marketing pour "mettre plus d'effets spéciaux et de scènes d'action) et le résultat est souvent une bouillie fade, à la limite de l'incohérence, sans grande ressemblance avec le film original.

Cela dit, parfois le film qui a été refait n'avait même pas particulièrement mal vieilli. Alors pourquoi lui imposer la boucherie d'un remake?

Récemment, mon chum et moi sommes tombés sur le remake des Teenage Mutant Ninja Turtles. Ayant gardé un bon souvenir du film original, nous avons regardé la nouvelle mouture.

Ouache. C'était mauvais, mais mauvais!!!

Les tortues en 3D étaient beaucoup trop grandes, les gags n'étaient pas drôles, l'histoire était pleine de trous, les comédiens étaient mauvais et les dialogues totalement insipides.

Coudonc, nous sommes nous dit, peut-être qu'on avait gardé un trop bon souvenir des vieux films...

Alors on les a réécoutés. Pis, ben, ils sont encore bons. Pire : les "effets spéciaux" n'ont pas vieilli. Tout simplement parce qu'il n'y en avait pas. Les tortues étaient quatre gars portant des costumes absolument géniaux, conçus de manière à permettre (dans les mains d'habiles marionnettistes) une grande gamme d'expressions faciales. Les dialogues étaient rigolos, les scènes de combat ne se prenaient pas au sérieux et le scénario était correctement construit. Ce qui a le plus vieilli, en fait, ce sont les coupes de cheveux des comédiens!

Alors pourquoi faire un remake? Pourquoi ne pas simplement convertir et nettoyer les images du vieux film de façon à ce qu'il soit préservé et puisse être vu par une nouvelle génération? (Un peu comme ils ont fait pour Star Wars, quoi, mais sans les ajouts... parce que Han tire le premier!)

Décidément, je ne comprendrai jamais rien à l'industrie du film.

mercredi 12 août 2015

Un livre pour ma puce!

Vous savez tous que...



Mais comme le 12 août se trouve à être également la fête de ma puce, devinez qui va recevoir des livres en cadeau aujourd'hui? ;)

Si vous pensez qu'elle a l'air tannante, je vous confirme que c'est déjà une joueuse de tours!

Je me demande si un jour elle va s'écoeurer de recevoir des bouquins pour sa fête et embusquer Patrice Cazeault dans un salon du livre pour lui dire "Heille, chose, t'aurais pas pu faire ton événement le 11 ou le 13?" ;)

Enfin, t'es correct, Pat, ça devrait lui prendre encore une couple d'années! ;)

lundi 10 août 2015

Vive la République!

La République du Centaure est un webzine mensuel gratuit publié par la maison d'édition des Six Brumes. Son but est de rééditer des nouvelles déjà parues en revue et tombées depuis dans les limbes littéraires (les numéros courants des revues littéraires n'ayant déjà pas un très gros lectorat, imaginez ce qui en est des numéros passés...) afin de les offrir gratuitement à la lecture du plus grand public possible. D'ailleurs, ils ne lésinent pas sur les efforts pour diffuser les textes : vous pouvez les lire directement sur le site ou alors les télécharger en format PDF ou EPUB.

Pourquoi est-ce que j'insiste sur la gratuité? Parce que je sais que tout le monde aime les trucs gratuits! ;) (Moi la première) Maintenant, pourquoi est-ce que c'est gratuit? Parce qu'on veut faire connaître les textes, pardi! Et les auteurs, tiens donc! On espère tous qu'après avoir lu par hasard un de nos textes, des gens vont décider d'acheter tous nos romans.

D'ailleurs, ce mois-ci, je suis en vedette dans la République du Centaure, alors c'est à mon tour d'espérer une manne de lecteurs tombés du ciel! ;)

Si vous n'avez jamais lu ma nouvelle "Ce qui reste de l'ange", vous pouvez la découvrir par ici.

Je vous préviens, elle est loin d'être parfaite (j'y commets des maladresses qui me font rougir, mais on n'avait pas le droit de réécrire nos textes), cependant elle reste chère à mon cœur. Sans doute parce que c'est le texte qui m'a valu ma première publication dans Solaris! Écrit en 2010, paru en 2011, il me permet de constater à quel point ma technique d'écriture a changé en 5 ans! (Et j'ai l'impression que c'est pour le mieux, mais au moment de l'écrire, je doute...)