vendredi 29 septembre 2017

Métaphore filée

J'essaie de ne pas abuser des métaphores et figures de style dans mes textes. (J'ai dit "j'essaie", hein, c'est pas encore gagné, j'le sais, mais y'a une amélioration par rapport à l'époque où WordItOut me retournais un beau gros "COMME" au milieu de mon nuage de mots!)

Je suis donc désormais particulièrement prudente avec les métaphores qu'on annonce avec un "comme" impossible à manquer. (Ou avec un "tel/telle" est à peine plus discret).

Par contre, s'il y a un type de métaphore dont je ne peux me passer, sans doute parce que mon cerveau les conçoit à mon insu, c'est de la métaphore filée.

C'est quoi une métaphore filée? C'est en quelque sorte une comparaison longue, qui s'étale sur toute une phrase ou même un paragraphe. Elle existe sous plusieurs formes, mais ma préférée est celle qui s'appuie simplement sur un champ lexical. Par exemple :

La jeune fille avançait vent debout et son pas tanguait un peu tandis qu'elle fendait la mer d'herbes hautes, sa jupe de voilage gonflée derrière elle.

Bon, ici je force un peu la note, mais c'est pour que ce soit clair... Vent debout, tanguer, mer, voilage... Je sais pas pour vous, mais pour ma part, ça m'évoque un bateau. Si je lis un passage semblable, dans ma tête, je vais avoir tendance à compléter l'image, me figurant une jeune fille haute et frêle, comme un mât de navire et, quelque part au loin, un vaste horizon plat.

Une chose est sûre, l'impression laissée sera plus subtile que si je lis seulement :

La jeune fille fendait les herbes hautes, comme un voilier sur une mer verte.

Ce que j'apprécie particulièrement de la métaphore filée, c'est qu'elle crée une impression sur l'inconscient du lecteur et, si elle est bien conçue, elle plante l'ambiance sans même qu'il ne s'en rende compte. En plus, elle est très utile pour donner de la couleur à un personnage dont on emprunte le point de vue. Par exemple, la description présentée plus haut serait tout à fait à sa place si mon narrateur était un marin.

Évidemment, il faut y aller à petites touches (sinon ça peut devenir pénible ou sentir la recette), mais j'aime bien, quand je conçois un personnage un peu atypique (par son métier, son éducation, ses origines, etc.), préparer le terrain à quelques métaphores filées en me faisant des listes de mots qui lui sont propres.

Connaissiez-vous ce type de métaphore? Vous les appréciez ou pas?

7 commentaires:

Une femme libre a dit…

J'aime ça, la métaphore filée. Celle de la jeune fille à la jupe de voilage est très jolie et évocatrice. Élégant.

Annie Bacon a dit…

J'aime toutes les métaphores, quel que soit leurs types, à condition qu'elles ne soient pas clichées! J'en abuse, dans la joie! Voici d'ailleur un extrait d'une lettre de refus déjà reçue: "Les comparaisons sont nombreuses et parfois maladroites." Ouch!
Je devrais peut-être faire attention!
;-)

Gen a dit…

@Femme libre : Oui, une métaphore filée bien faite, c'est "élégant", le terme est bien choisi! :) (Par contre, quand l'auteur y va trop fort, ça peut friser le ridicule)

@Annie : Bah, un moment donné, c'est la job du directeur littéraire de nous dire d'en enlever un peu! hihihihihi! (Surtout dans les livres pour les plus jeunes, les métaphores sont super pratiques : elles font rires et réfléchir les petits, en plus d'ouvrir leurs horizons)

Carl Rocheleau a dit…

Ouais, moi aussi, j'aime beaucoup. Je forme toujours un nuage de mots autour de chacun des personnages. Quand il ou elle est là et agit, je choisis des verbes et des synonymes qui le représentent ou qui représentent son état, son intention, etc. Élégance est le mot, en effet :)

Gen a dit…

@Carl : Je sais pas pour toi, mais moi des fois je me demande si le lecteur se rend compte de ces impressions qu'on cherche à créer! lol!

Nomadesse a dit…

Moi aussi, je les aime beaucoup... Mais je n'essaie pas tellement d'en mettre, elles arrivent toutes seules...

Gen a dit…

@Nomadesse : J'ai remarqué avec le temps que des fois il y a un ou deux termes qui arrivent tous seuls, par accident, puis j'en rajoute un ou deux volontairement et hop, voilà le travail! :)